Remarque

Ce format d’histoire multimédia utilise du contenu audio et vidéo. Veuillez vérifier que vos haut-parleurs sont allumés.

Utilisez la roulette de la souris ou les touches de direction de votre clavier pour parcourir les pages.

Balayer pour parcourir les pages.

Démarrer

Bresil: Comment le changement climatique menace la vie de Maria Diva

Logo https://stories.caritas.ch/bresil_sertao

Maria Diva

Accéder à la première page



Voici Maria Diva. Elle vit avec sa famille dans la région semi-désertique du Sertão do Araripe, au nord-est du Brésil. Sa vie est dure, marquée par une sécheresse permanente.
Accéder à la première page










Je m’appelle Maria Diva, mais tout le monde me connaît juste sous le nom de Diva. J’ai 53 ans, je suis née et j’ai grandi ici dans la commune de Boa Fortuna. Je suis mère de neuf enfants, nous sommes donc onze à la maison. Nous avons des difficultés, car mes fils partent souvent travailler à Bahia et je dois m’occuper de nos champs. Je suis paysanne, comme chacun sait ici. Je participe aux projets de l’organisation Caatinga. Là-bas, toutes les
femmes me connaissent.

Accéder à la première page
Dona Diva au milieu de ses enfants ; deux manquent sur la photo. Ils sont actuellement dans l’État de Bahia où ils ont trouvé un emploi comme travailleurs journaliers. Tandis que les plus jeunes vont encore à l’école, les plus âgés aident au ménage et aux travaux des champs.
De gauche à droite, debout : João (19 ans), Manoel (12 ans), Maria Diva (53 ans), Maria do Socorro (7 ans), Lindeilma (21 ans), Eva (16 ans) ; assis :  Izael (24 ans), Reinaldo (30 ans)
Accéder à la première page

La grande sécheresse

Des sols et des bosquets desséchés à perte de vue : le Sertão do Araripe où vivent Maria Diva et sa famille se trouve dans l’État du Pernambouc. C’est l’une des régions les plus arides du Brésil.
Accéder à la première page
D’août à octobre 2018, il est tombé moins de 50 millimètres de pluie à Sertão do Araripe. À titre de comparaison, la quantité de précipitations mesurée en Suisse en un seul jour, fin octobre, était six fois plus importante.
Accéder à la première page
La sécheresse qui s’aggrave et le déboisement des forêts et bosquets traditionnels ont des effets dévastateurs. Les sols s’érodent et sont perdus pour l’agriculture. « Nos sols nous abandonnent lentement », déclare Maria Diva.
Accéder à la première page
















La famille possède quelques poules, des cochons et des chèvres. Mais après les graves sécheresses des dernières années, elle a dû vendre la majeure partie de son bétail, comme beaucoup d’autres familles.
Accéder à la première page
Beaucoup de puits sont asséchés. « La sécheresse est grave pour nous », affirme José, le mari de Maria Diva. « Autrefois, nous pouvions déjà cultiver les champs en décembre, mais de nos jours, il pleut généralement très peu avant Nouvel An. Les vraies pluies n’arrivent que plus tard, si tant est qu’elles arrivent. » 
Accéder à la première page
C’est une rude tâche que d’aller chercher de l’eau à l’étang situé à quelques kilomètres. Cette eau n’est pas potable et présente une forte teneur en sel.
Accéder à la première page

L’eau grise

Accéder à la première page
Voici 18 ans, j’ai vendu une partie de nos récoltes et quelques animaux pour pouvoir acheter un lopin de terre. Il ne mesure que dix hectares, mais nous est quand même d’une grande aide, car ma famille a ainsi chaque année assez à manger. La récolte est modeste, mais elle nous suffit à survivre pendant la saison sèche.




Les citernes nous facilitent beaucoup la vie : nous avons d’abord reçu une citerne d’eau potable, puis une citerne d’eau utilitaire qui permet de planter du manioc, même quand il fait aussi sec que maintenant. Parfois, nous pouvons vendre de la farine de manioc et gagner ainsi un peu d’argent, par exemple pour nous acheter des habits. Et nous recevons maintenant l’installation d’eau grise. Tout cela est une grande aide, pour nous et pour nos animaux.
Accéder à la première page
Le collaborateur de l’organisation Caatinga, partenaire de Caritas, explique à la famille le fonctionnement de la nouvelle installation d’eau grise. On peut y traiter chaque jour 200 litres d’eau légèrement polluée dans un système de filtrage à quatre niveaux. L’eau peut être utilisée pour l’irrigation des plantes.
Accéder à la première page
L’eau traitée est collectée dans une citerne et répartie au moyen d’un système d’irrigation. Il coule ainsi une eau précieuse qui peut être utilisée de façon très ciblée dans les champs.
Accéder à la première page













Le système d’irrigation est perfectionné. Il permet d’exploiter les champs même pendant la saison sèche. Cela évite de les laisser en friche des mois durant et de perdre leurs nutriments.
Accéder à la première page
On peut s’atteler à la planification des plantations : grâce à l’installation d’eau grise, José peut diversifier ses plantations au lieu de cultiver seulement des haricots, du maïs et du manioc. Cela accroît la sécurité alimentaire et diversifie les menus de toute la famille.
Accéder à la première page














Pour leur fille Eva de 16 ans, ici sur la photo avec sa cousine Isabel (11 ans), le système d’irrigation améliore les perspectives d’avenir. Une vie dans le Sertão do Araripe semble être une option, malgré le changement climatique.
Accéder à la première page



Maria Diva reprend elle aussi confiance. Bien qu’il pleuve de moins en moins dans le Sertão do Araripe, le sol continue à produire suffisamment pour se nourrir, elle et sa famille, grâce à un approvisionnement en eau optimisé. La vie quotidienne et sa santé chancelante lui causent beaucoup de soucis. « Mais aujourd’hui, je vais bien et je suis heureuse. Je suis contente que vous soyez là et tiens à vous remercier. »
Accéder à la première page

Caatinga

Fermer
Caritas Suisse collabore avec cette organisation locale pour ce projet qui a pu assurer la subsistance de la famille de Maria Diva et José, ainsi que de 99 autres familles dans la région inhospitalière du Sertão de Araripe.
Video de l'organisation Caatinga
Accéder à la première page
Faire défiler pour continuer Glissez pour continuer
Balayer pour continuer